Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 22:12
Comme les quelques fidèles de mon blog ont dû le remarquer, je n'ai pas été très présente ces derniers jours... Malgré quelques bonnes excuses à la clé (j'ai trouvé un travail pendant lequel je n'ai pas le temps de faire autre chose, et le soir je ne trouve pas l'inspiration/la motivation pour écrire), je me rends compte qu'écrire me manque, que partager avec vous mes coups de coeurs, mes découvertes me manque... Alors voici un petit billet pas du tout constructif, mais qui au moins fait vivre un peu ce blog qui est devenu mon "chez moi"...

P1050043.JPG
Et ce ne sont pas les idées qui me manquent ! Livres (je commence à en avoir une jolie pile qui attend impatiemment d'arriver sur mon blog !), expositions (j'ai réussi à voir Renoir et Titien & co, les deux expos qui me tenaient à coeur, leur dernier jour !), cinéma (eh oui, je me suis abonnée à nouveau à une carte de cinéma illimitée)... Sans parler du dernier jour de mon voyage à Londres, que je vous promets depuis 3 semaines (oh la la... j'ai honte !)

En attendant, voici quelques unes de mes photos (j'avoue, pas les plus récentes, mais que j'avais envie de revoir, pour leurs couleurs notamment...)

DSC02659.JPG
A bientôt !

DSC02669.JPG




Repost 0
Published by Artemis - dans Bla bla bla
commenter cet article
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 13:01
J'ai vu hier Bright Star, le dernier film de Jane Campion, la réalisatrice de La leçon de piano. Ce film traite des amours du poète romantique anglais John Keats et de Fanny Brawne. Rythme très lent, esthétique incroyable, beauté des lumières, histoire d'une passion... Un film dont je ne suis pas ressortie indemne.

bright star affiche 
Et pourtant, j'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans le film. J'avais l'impression que les personnages étaient mal présentés... Je ne reproche pas vraiment le fait de ne pas comprendre qui est qui à l'écran (c'est un choix de mise en scène), mais je m'interroge quand même un peu sur l'intérêt et le choix des premières scènes (on voit Fanny avec sa famille, qui va rendre visite à une dame dont j'ai oublié le nom, qui loue à Mr Brown une partie de sa maison).

L'antipathie entre Mr Brown et Fanny est immédiate (enfin tout au long du film j'ai eu envie d'entrer dans l'écran et de donner une paire de claques à ce Mr Brown !!!). On voit aussi Fanny faire ses propres vêtements (elle adorait la couture et la mode).

BS 8
En même temps, je peux aussi les justifier en sens inverse et voir que le film est au rythme de la vie de Fanny Brawne, et que le début se justifie par la première rencontre avec Keats. A ce moment là, on ne connaît pas Fanny, et c'est au fur et à mesure qu'on la voit qu'on la découvre... Un peu comme Keats qui ne la connaît pas et qui la rencontre pour la première fois... On voit une jeune fille vive, qui aime la couture, les bals...

BS 2
Le début de la relation entre Fanny et Keat m'a paru assez sèchement présentée. Il est vrai qu'on dit que l'amour n'a pas de loi, parce que c'était elle, parce que c'était lui, etc, mais là on ne voit pas vraiment l'amour, tout du moins sur toute la première partie de leur relation ... J'ai eu du mal à comprendre comment ils tombaient amoureux l'un de l'autre... Peut être est-ce à cause de la manière de jouer de Ben Whishaw (Keats). Je trouve que sa manière de jouer est très sobre (trop...), voire uniforme, manquant un peu de fragilité dans l'ensemble (sauf à certains moments, mais en un mot, il ne m'a pas autant convaincue que sa compagne de jeu).


Mais voilà ... il y a un moment où je suis (enfin !) rentrée dans le film... Je ne pourrais pas dire à quel moment, et à partir de là, je me suis identifiée à Fanny (magnifiquement interprétée)... Et mon regard a changé.

BS14

Alors que pendant un long moment au début, j'étais extérieure et les images me paraissent belles, mais le tout un peu ennuyeux, à partir du moment où je suis "entrée" dans le film, les images, le rythme, tout m'a paru beau...

BS 16
Il y a des images magnifiques...

BS 11
BS 10

On respire, on vibre en même temps que Fanny...

BS 7
Tout a pris une dimension différente à mes yeux...

BS 13
J'aime beaucoup aussi le petit frère et surtout la petite soeur de Fanny, et la relation qu'ils entretiennent...

BS9
On a vraiment l'impression de vivre au même rythme qu'eux !

On voit la relation entre Keats et Fanny fleurir, s'épanouir...

BS 15
On ressent ses peines, ses doutes, et surtout le côté absolu de sa passion face à laquelle elle se sent complètement soumise.

BS 4
On ressent sa douleur lorsqu'elle est séparée de Keats, parce que celui-ci doit aller à Londres pour raisons professionnelles par exemple...

BS 6


La révélation du film, c'est l'actrice qui joue Fanny Brawne, Abbie Cornish . Je ne connaissais pas cette actrice, mais je l'ai trouvé incroyable, d'une justesse époustouflante.

BS3

Sur les scènes de fin, elle était déchirante et sublime.

BS 12


Je suis sortie du cinéma une boule dans la gorge...


Au final, j'ai du mal à vous donner mon opinion. Car le film a des faiblesses, j'ai eu du mal à entrer dedans, mais après tout c'est un point de vue totalement subjectif ... Il y a de belles images, les scènes de fin sont subliment interprétées, mais j'ai quand même eu une impression de longueur du film (alors si vous ne "rentrez" pas de dedans, ça doit paraître vraiment long)...

Et d'un autre côté, à partir du moment où je suis rentrée dans le film, tout m'a paru d'une magie et d'une beauté rares. Et finalement, je reste avec une impression de film d'une rare poésie porté par une jeune actrice à la sensibilité magnifique.
Repost 0
Published by Artemis - dans Au ciné...
commenter cet article
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 13:00
Un roman jeunesse (à partir de 9 ans) attachant, sympathique et bien écrit qui nous emmène dans le Versailles de Louis XIV. L'héroïne est Marion, fille d'un jardinier, qui va devenir servante de la favorite du Roi Soleil, Madame de Montespan.

orangers-de-versailles.jpg
Marion a 14 ans. Elle est orpheline de mère, de qui elle conserve très préciseusement la médaille de Marie. Elle est la fille d'Antoine, un jardinier de Versailles, qu'elle aide car sa passion ce sont les plantes, les odeurs, et surtout les orangers. Mais il faut bien qu'elle travaille ! Alors Antoine suit les conseils qui lui sont donnés et va présenter sa fille à la maison d'Athénaïs de Montespan, la belle favorite du Roi, qui chercher des servantes. Marion est surprise par le luxe qui se dégage des appartements de la Montespan. Elle n'a jamais vu tant de splendeur, tant de décorations et de meubles si riches. Et la Montespan la choisit, elle, Marion :

"Cette enfant au beau regard sombre, doux et profond déroutait la marquise. Elle ne ressemblait en rien aux servantes qui l'avaient si mal servie jusque-là et qu'elle avait renvoyées sans pitié.

Un visage long et pâle, un nez droit mais sans finesse, des cheveux blonds mal coiffés sous un bonnet de grosse toile et ce corps maigrelet, presque disgracieux, affublé d'une robe trop courte et de sabots un peu grands ... "Joli portrait, en vérité", pensa Athénaïs.

Malgré cela, elle ne pouvait rester insensible au charme indéfinissable qui émanait de cette petite personne. La favorite, rodée à toutes les intrigues de cour, savait très bien lire dans les âmes. Tout la séparait de cette enfant : la noblesse, la beauté, la fortune, le pouvoir... Pourtant, le simple fait de la regarder éveilla en elle un sentiment étrange : une sorte d'étonnement mêlé à une pointe d'inquiétude. Elle devina en elle une force de caractère et une détermination hors du commun.
"

Marion se lie d'amitié avec sa camarade de chambre, Lucie, guère plus âgée qu'elle, et qui la prend sous sa protection. Tout en se formant à sa tâche, Marion va découvrir la vie de cour, sous tous ces aspects : du faste des grandes réceptions, aux sordides couloirs sombres où de riches courtisans saoûls dorment à même les marches ; des auteurs les plus délicates des essences rares aux odeurs nauséabondes des parties réservées aux domestiques... Sans parler des mystères et dangers qui se trament. Car c'est l'époque des poisons, également.

En conclusion, un petit roman jeunesse qui se lit rapidement et que je conseille aux jeunes filles d'une dizaine d'années !

Repost 0
Published by Artemis - dans Livres jeunesse
commenter cet article
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 11:37

2e jour : le 1er janvier 2010


Et voilà ! La nouvelle année a commencé…

Après une nuit que nous aurions bien souhaité plus longue (mais le petit déjeuner n’était servi que de 7h à 9h, réveillon ou non) et meilleure (les radiateurs étaient à fond sans possibilité de les régler…), notre enthousiasme et notre joie d’être ensemble a repris le dessus. Comme l’année n’était âgée que d’un jour, le bébé 2010 s’accompagnait d’une fermeture de nombreux musées.C’est donc encore bien fatiguées que nous sommes sorties de l’hôtel pour prendre le bus, initialement en direction de la National Portrait Gallery.

J2 walking

Heureusement que nous n’avions que quelques pas à faire entre l’hôtel et le bus en face de Kings’ Cross, car il ne faisait pas très chaud. Heureusement, nous nous étions bien emmitouflées !

J2 KC

Montées à l’étage du bus (c’est quand même plus agréable pour profiter du paysage), nous n’avons pas trop compris pourquoi le bus nous demandait de descendre bien avant le terminus, alors que nous étions à peine vers Covent Garden (mais j’ai réalisé bien plus tard que de nombreuses routes étaient fermées, pour cause de parade du nouvel an).

J2 london street


Alors que faire ? J’ai sorti mon appareil photo, pour profiter de cette lumière du matin !

morning lights

Certaines des filles ont décidé de faire une pause shopping dans l’un des rares magasins ouverts, une autre a judicieusement décidé de les attendre bien au chaud devant un cappuccino, tandis qu’April et moi avons décidé de partir à la recherche de Thornton. Non, non, pas John Thornton (le héros de Nord et Sud d’Elizabeth Gaskell) – ne rêvons pas ! – mais le chocolatier chez qui je me fournis en fudges et autres chocolats à la menthe depuis ma première visite au pays de Shakespeare, c’est-à-dire depuis 10 ans. Manque de chance, pas de John ni de boutique ouverte… Le diabolique nouvel an avait fait son œuvre ce matin là, et à Covent Garden, mainte échoppe était fermée, et le lieu désert…

J2--covent-garden.JPG

 

Positivons ! Profiter de Covent Garden déserté de ses habituelles hordes de touristes est un privilège !

J2, covent garden int

Après une pause dans une des rares boutiques ouvertes afin de m’acheter une paire de gants « magiques », ça allait déjà mieux !!!

Copie de mitaines

 merci April pour cette photo !


A force de prendre des photos et tenter d’apprivoiser mon nouvel appareil et la myriade de possibilités qu’il offre, je ne sentais plus mes doigts… !

photographe

 merci April pour cette photo !


Puis l’équipe de nouveau complète, nous avons traversé Covent Garden, où les touristes reprenaient peu à peu leurs droits.

J2, covent garden renne

Nous avons traversé Picadilly Circus (dans leurs cinémas, le nouveau Sherlock Holmes était à l’affiche … et dire qu’il va falloir patienter jusqu’à février pour savoir à quelle sauce étrange – vu la bande annonce – ils ont assaisonné mon cher Sherlock !).

Compte tenu de l’heure et de nos estomacs qui commençaient à se manifester, nous nous sommes installés dans un « Prêt », chaîne qui fait d’excellents sandwichs, salades bien fraîches, excellentes chips, soupes, etc. et donc le credo d’être naturel. C’est un lieu que nous apprécions bien !!!

Une fois rassasiées et réchauffées, nous nous sommes extirpés du confort de la chaleur, direction Trafalgar Square.

 

O rage ! O désespoir ! La National Gallery était fermée…

J2 plan large NG

J'avais envie de revoir certains tableaux que j'aimais beaucoup ... Finalement, j’ai suivi mes camarades à National Portrait Gallery. Comme une imbécile, je n’ai pas noté le nom des tableaux qui m’ont plu. Mais le but avoué de la visite était le minuscule mais seul portrait reconnu de notre chère Jane Austen par sa sœur Cassandra.

mw00230.jpgSource : National Portrait Gallery / Taille : 11,4 cm x 8 cm

 

L’arrêt à la boutique a allégé mon porte-feuille de quelques pounds, mais bien alourdi mon sac ! J’ai en effet craqué sur le magnifique livre de photos de Vanity Fair (je crois que c’était le catalogue d’une exposition passée).

vanity-fair-portraits-1.jpg Photo de couverture du livre


La journée bien avancée, le soleil commençait à baisser et nous offrir de chaudes lumières de fin de journée.

J2 oiseau

J2 arbre

londres 1188

En face de l’endroit où nous nous tenions, il y avait ça :

J2, Waterstones

Hein ? Mais qu’est ce que c’est que ça ??? C’est une librairie !!! Alors forcément, nous y avons fait une halte ! J’ai été très sage, et n’ai pas racheté de livre !

 

Puis les filles ont voulu continuer à se balader, mais j’avoue honteusement que je commençais à me sentir mal. April est restée avec moi et nous sommes retournées nous mettre au chaud dans un « Prêt » pour se prendre un bon quatre-heure et un thé revigorant, sur Trafalgar Square.

J2 colonne


Mais à quoi ressemble donc ce monsieur qui est là haut ? Grâce à mon super zoom, voici la réponse !!!

J2 haut colonne


A mon avis, son rôle est de surveiller que les lions n'aille pas dévorer les passants...

J2 lion 3

J2 lion1


Mais avec toutes les installations électriques ...

J2 lion 2

 

... et l'eau environnante ...

J2, fontaine

 

... je ne leur conseille pas trop de bouger !

Qu'ils s'estiment déjà heureux, ces lions, de ne pas servir de perchoir !!!

J2 tête perchoir


Puis nous avons repris le métro...

J2 métro

...retour à l’hôtel où nous nous préparons pour la comédie musicale « Dirty Dancing ».

 

J2 flyer

 

April et moi étions les seules du groupe à ne pas connaître le film Dirty Dancing. Nous ne savions donc pas à quoi nous attendre, en dehors du fait que nos amies avaient adoré !!! Voici le flyer, que nous avons étudié avant de nous rendre au théâtre (ben oui, on est sérieuses, nous !!!)

DD-flyer-2.jpg

DD-flyer-1.jpg


C’est donc curieuses et excitées que nous nous sommes installées au théâtre.

J2 théâtreJ2 DC scène

Ah la la… que dire ? Moi qui aime la danse, j’étais époustouflée, scotchée, fascinée, emportée… Les danseurs étaient magnifiques, incroyables, l’histoire attachante… 

A l’entracte, April et moi nous sommes précipitées pour acheter le programme souvenir !!!

D'ailleurs, voici quelques photos que j'ai prises du programme

Quelle souplesse ! Quelle grâce ! Quelle légerté !

londres-1373.JPG

Cette danseuse (en rouge ci dessus et noir ci dessous) était vraiment très impressionnante !!!

londres 1371

 

Un superbe moment, où Baby apprend à danser, aidée par la danseuse professionnelle qu'elle va devoir remplacer ... Touchant, et bien chorégraphié ...

londres-1370.JPG

 

Voici une image de la fin ... quel mouvement magnifique... Et quelle confiance il faut avoir en son partenaire !

londres 1368


C'était GENIAL !!! Nous avons chaleureusement applaudi.

 

Et c’est le programme en main que nous avons fait la sortie des artistes. Dans le froid, il n’y avait pas grand monde, mais c’était une première pour moi ! C’était très sympathique. Les artistes étaient adorables, et puis quand April et moi nous leur avons dit que nous ne connaissions pas le film, ils nous ont avoué que c’était le genre de public qu’ils préféraient !!! En tout cas, nous leur avons dit notre enthousiasme et notre admiration !

Nous avons donc pu obtenir, entre autres, les dédicaces des principaux danseurs/comédiens. Les voici

dedicacesJPG.jpg

 

C’est ravies et fatiguées que nous sommes rentrées nous coucher !!!
Repost 0
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 11:15
1er jour : jeudi 31 décembre 2009

Levée très tôt pour prendre le premier Eurostar pour Londres, le réveil était difficile, dans la nuit parisienne... Morphée faisait tout pour me garder dans ses bras, estimant que deux heures de sommeil n'étaient pas assez (mea culpa, je m'étais en effet couchée tard pour mettre à jour mon blog, faire ma valise, etc).

A l'enregistrement de l'Eurostar, j'ai retrouvé Lila, une des amies avec lesquelles j'allais célébrer le nouvel an, pour la première fois hors de ma famille et hors de France ! Coup de chance, l'Eurostar n'était pas complet et nous avons pu nous asseoir côte à côte, tandis que nous traversions la France encore endormie à grande vitesse...

IMG_0996.JPG
Et c'est très lentement que le jour s'est levé, alors que nous étions passées en Angleterre...

IMG_1012.JPG
Il était donc 8h (heure locale) lorsque nous avons foulé le sol de la non perfide mais fascinante Albion. Mais que faire à cette heure là ? Les musées sont fermés, il fait froid (sans parler de la fatigue qui nous renforce cette sensation de froid qui pénètre nos membres), et nos amies de Suisse n'arrivent que pas avion plus tard dans la matinée (d'ailleurs plus tard que prévu grâce à EasyJet qui a encore fait des siennes ... enfin bon... elles sont bien arrivées, c'est le principal).

Tiens, je suis encore en train de me perdre dans mes digressions !


Une fois à St Pancras, nous sommes allées déposer nos bagages (alors très légers, contrairement au poids qu'ils allaient peser au retour !) à l'hôtel, tout prêt de Kings'Cross.

IMG_1094.JPG
Et nous aons alors décidé l'option lèche-vitrine vers l'est de Londres (où il y a moins de monde qu'à Bond Street ou Oxford Circus !)

IMG_1018.JPG

Lorsque nous sommes arrivées, tout était calme, ce qui nous a fait beaucoup de bien ! (eh oui, j'ai horreur de la foule) ... et cerise sur le gateau, des canapés nous tendaient les bras !!!

IMG_1016.JPG
Pourquoi résister à leur appel ? Nous avons céder à leur complainte avec bonheur...

Nous avons donc fait à tour de rôle un petit tour dans ce grand centre... Quand soudain ... Manque de chance pour ma bourse, je suis tombée sur une librairie ...

IMG_1356.JPG
Comme vous le voyez, je me suis offert des romans jeunesse aux couvertures colorées qui me plaisent beaucoup ! Et puis après m'être mise à la littérature jeunesse française, il était temps que je lise les classiques anglais du genre !!!

Après une pause repos dans les canapés susnommés, nous avons décidé de nous acheter des bricoles chez Marks&Spencer pour déjeuner...

IMG_1019.JPG
Un vrai bon thé anglais était plus que nécessaire, étant donné mon état semi-conscient/éveillé !!!

IMG_1021.JPG
Alors revigorées, nous nous sommes dressées à nouveau sur nos jambes, prêtes à continuer la journée. En sortant du centre commercial (nous avions reçu un message des filles qui, vu l'heure, étaient sur le point d'attérirà, une boutique m'a arrêtée : la vitrine, immense, était constituée de dizaines de vieilles machines à coudre... Quelle originalité ! Voici une partie de celle-ci

Photographie-1024.JPG
Puis retour à l'hôtel par le métro. A peine entrées dans la chambre, nous sommes tombées sur nos lits où nous avons copieusement somnolé jusqu'à ce que des coups frappés à la porte nous réveillent. Nos trois copines de Suisse étaient là !!!!!!!!!! Embrassages, rires, échange de cadeaux, papotages... de joyeuses retrouvailles !!!

Vers 16h bien passées, nous nous sommes mises en marche pour le musée Dickens, pas très loin à pied.
Poussant la porte du musée à 16h30, la responsable nous a annoncé, à notre désarroi, que le musée fermant à 17h, et les visiteurs devant partir vers 16h50, nous n'aurions pas la temps de profiter de notre visite de cette maitson qu'a occupée Dickens entre 1837 et 1839. Très gentiment, elle nous a offert le mini guide du musée et nous avons décidé de revenir l'année suivante (enfin... 2 jours après je veux dire). J'en ai aussi profité pour m'offrir A Christmas Carol dans une charmante édition, qui est intégrale, malgré sa petite taille !

Photographie-1359.JPG

PHOTOS-1360.JPG
La nuit déjà tombée, notre équipage a alors mis le cap sur HMV à Bond Street, à la poursuite de DVD...

Photographie-1086.JPG

Je vous entends déjà me demander : HMV ? Kezako ?
HMV est une chaîne anglaise où l'on trouve CD, DVD, jeux vidéos, etc. En ce qui me concerne, je la définis comme une boutique où l'on trouve plein de DVD à des prix très sympathiques !!!

Voici mes achats (et encore, je vous avoue que j'ai résisté à de nombreux autres DVD qui m'attiraient désespérément !!! D'ailleurs Dirty Dancing faisait partie du lot, sauf qu'une fois que j'ai vu la comédie musicale, je me suis précipitée pour acheter le film !!!)

Photographie-1364.JPG
Et nous avons profité des illuminations de Noël ...

Photographie-1040.JPG

Photographie-1037.JPG
Photographie-1083.JPG

Photographie-1041-copie-1.JPG
Beaucoup de bus ? Oui, oui, nous étions bien à Londres !

Retour à l'hôtel pour poser nos achats (oui, il faisait nuit noir, mais il devait être 18h !) avant de partir vaillamment dans le froid londonien à la chercher d'un restaurant pour notre dîner de réveillon. Dans le guide de Rolidiffy, nous avions repéré un restaurant mexicain (on voulait éviter les pubs, trop bruyants en ce jour de réveillon) qui n'était apparemment (!) pas très loin à pied. En parlant de pieds, les miens étaient gelés lorsqu'arrivées devant le restaurant en question, le ciel nous est tombé sur la tête (au sens figuré bien sûr, dieu merci il n'a ni plu ni neigé !) : il était réservé pour une soirée privée... Alors c'est au pas de course que nous avons fait demi-tour, pour nous réfugier dans une Pizza Express plus près de l'hôtel, et où nous avons pu nous réchauffer !!! Nous avions bien mérité de dîner de réveillon. Malgré la fatigue généralisée, nous avons passé un excellent moment ensemble !

A 23h (heure locale), nous avons reçu les souhaits par téléphone venant de France et de Suisse, où 2010 commençait, tandis que nous étions encore en 2009.

Et c'est à minuit (heure locale), au chaud dans notre chambre d'hôtel, en pyjama, un verre de jus d'ananas-mangue à la main, que nous nous sommes souhaité une très belle année 2010.
Repost 0
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 21:18
Eh oui, à peine fini le récit de mon périple à la poursuite de Jane Austen et Sherlock Holmes, me voici de nouveau à Londres pour vous souhaiter

A very happy new year !

Photographie-1080.JPG
enfin techniquement parlant, je suis de retour en France depuis le 3 janvier ...

Et c'est reparti pour une nouvelle année, que je vous souhaite belle, sereine, et remplie de magnifiques découvertes artistiques !


Motivée par votre enthousiasme lors du récit de mon précédent voyage (merci beaucoup pour vos commentaires qui m'ont beaucoup touchés), j'ai choisi de vous faire à nouveau partager ce séjour du nouvel an, avec des amies.

Au programme (pour vous faire un peu envie ... car je ne sais combien de temps je vais mettre pour arriver au bout de ce récit ... j'ai un retard diabolique sur ce blog !!!) : shopping "à la Artemis" (je déteste faire du shopping, sauf quand il s'agit de livres ou de DVD...), visite de la National Portrait Gallery, photos, shopping (bien évidemment culturel !), ballade vers Covent Garden, achat de gants magiques pour prendre des photos sans me geler les doigts (!!!), visite de la BBC, représentation de Dirty Dancing (comédie musicale), visite de la maison de Charles Dickens, représentation de The Priory (pièce de théâtre), dédicaces des artistes (accessibles et adorables)...

C'était vraiment un réveillon inoubliable !

IMG_1092.JPG

A bientôt pour plus de photos, plus de livres, plus de films (je me suis réabonnée à une carte de cinéma illimité !!!), plus d'expos (j'en ai vu deux aujourd'hui - il faut dire que les deux se terminaient aujourd'hui !), plus de tout !!!

IMG_1217.JPG
Repost 0
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 01:50
J'abandonne mon blog quelques jours, pour aller passer le réveillon du nouvel an à Londres, avec des amies !!! Au programme (en espérant que ça puisse se faire) : visite de la maison de Charles Dickens, visite de l'exposition temporaire de la Tate Gallery, Dirty Dancing et The Priory, pièce de théâtre avec Rupert Penry-Jones (le superbe capitaine Wentworth de la dernière adaptation de Persuasion de Jane Austen).


Et puis j'ai aussi pris du retard sur mon blog... A suivre, donc (entre autres)
- un tag sur le cinéma, qui date de ... très longtemps !
- un billet sur Sombres citrouilles de Malika Ferdjoukh
- un billet sur la pièce de théâtre géniale et déjantée La mégère à peu près aprivoisée, au 20e théâtre (Paris)
- un billet sur l'exposition temporaire du musée Jacquemart-André sur les primitifs flamands
- une visite du Sénat français avec photos


A très bientôt, et surtout, bon réveillon !

step-6.JPG
Repost 0
Published by Artemis - dans Bla bla bla
commenter cet article
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 16:02
Un roman court mais très intense, au style sublime.

Publié en 1927, La Confusion des Sentiments est le deuxième récit de Zweig que je lis (après Vingt-quatre heures de la vie d'une femme, qui m'a aussi beaucoup marqué, et dont je parlerai probablement sous peu).


confusion-des-sentiments.jpg

Je dois avouer que j'ai eu du mal à entrer dans ce livre. Le début, qui sert à présenter le narrateur m'a paru un peu ennuyeux au premier abord. Ainsi, il nous montre un professeur de 60 ans, qui vient de recevoir un livre d'hommage de la part de ses étudiants, livre faisant office de biographie. Mais voilà...dans cet ouvrage censé regrouper le parcours complet du professeur manque l'homme à qui il doit tout :

"Tout y est vrai, seul y manque l'essentiel. Il me décrit, mais sans parvenir jusqu'à mon être. Il parle de moi sans révéler ce que je suis."

Alors on replonge dans la jeunesse de ce professeur, qui va nous emmener à la rencontre de l'homme qui va devenir son mentor.
A Berlin, le jeune homme, Roland, mène une vie dissipée. Inscrit à l'université, il ne se passionne guère pour les cours...

"Lors de mon premier, et bref, passage dans un amphithéâtre, l'atmosphère viciée, l'exposé monotone comme celui d'un pasteur et en même temps ampoulé, m'accablèrent déjà d'une telle lassitude que je dus faire effort pour ne pas m'endormir sur le banc. C'était là encore l'école à laquelle je croyais avoir heureusement échappé, c'était la salle de classe que je retrouvais là, avec sa chaire surélevée et avec les puérilités d'une critique faite de vétilles : malgré moi, il me semblait que c'était du sable qui coulait hors des lèves à peine ouvertes du "Conseiller Honoraire" qui professait là - tant étaient usées et monotones les paroles ressassées d'un cours, qui s'égrenaient dans l'air épais. Le soupçon, déjà sensible au temps de l'école, d'être tombé dans une morgue pour cadavres de l'esprit, où des mains indifférentes s'agitaient autour des morts en les disséquant, se renouvelait odieusement dans ce laboratoire où l'alexandrinisme devenu depuis longtemps une antiquaille."

Oh oui, il semble bien que Roland n'était guère passionné par ses débuts à l'université de Berlin, dans lequel il fait l'expérience de la liberté. Un jour cependant, son père arrive à Berlin sans le prévenir... Le changement s'annonce. Roland prend conscience de son comportement  ; sans que son père ouvre la bouche, la honte le saisit. Il part alors dans une université reculée d'Allemagne, pour son deuxième semestre, bien décidé à se remettre à étudier sérieusement et rattraper son retard. Voici le passage où le jeune héros entend pour la première fois celui qui va devenir son mentor faire cours :

" Jamais je n'avais vu pareille chose, un discours qui était tout extase, un exposé passionné comme un phénomène élémentaire, et ce qu'il y avait là d'inattendu pour moi m'obligea tout à coup à m'avancer. Sans savoir pourquoi je bougeais, hypnotiquement attiré par une puissance qui était plus forte que la simple curiosité, d'un pas automatique comme celui des somnambules, je me trouvai poussé comme par magie vers ce cercle étroit : inconsciemment, je fus soudain à dix pouces de l'orateur et au milieu des autres, qui de leur côté étaient trop fascinés pour m'apercevoir, moi ou n'importe quoi. J'étais emporté par le flot du discours, entraîné par son jaillissement, sans même savoir quelle en était l'origine : sans doute l'un des étudiants avait-il célébré Shakespeare comme un phénomène météorique, et alors cet homme, au milieu d'eux, mettait toute son âme à montrer que ce poète n'était que l'expression la plus puissante, le témoignage spirituel de toute une génération, - l'expression sensible d'une époque devenue passionnée. "

Voici un passage sur l'ambiguïté des sentiments, la "confusion des sentiments" du personnage principal :

" Ce chaud et froid, cette alternance d'affabilité cordiale et de rebuffades déplaisantes troublait complètement mes sentiments trop vifs, qui désiraient ... Non, jamais je n'aurais pu formuler nettement ce qu'à vrai dire je désirais, ce à quoi j'aspirais, ce que je réclamais, ce à quoi visaient mes efforts, quelle marque d'intérêt j'espérais obtenir par mon enthousiaste dévouement. Car, lorsqu'une passion amoureuse, même très pure, est tournée vers une femme, elle aspire malgré tout inconsciemment à un accomplissement charnel : dans la possession physique, la nature inventive lui présente une forme d'union accomplie ; mais une passion de l'esprit, surgissant entre deux hommes, à quelle réalisation va-t-elle prétendre, elle qui est irréalisable ? Sans répit elle tourne autour de la personne adorée, flambant toujours d'une nouvelle extase et jamais calmée par un don suprême. Son flux est incessant, et pourtant jamais elle ne peut se donner libre cours, éternellement insatisfaite, comme l'est toujours l'esprit. "

J'aime aussi beaucoup les passages où Zweig parle de Shakespeare et son époque via la voix du vieux professeur. On sent le feu de la passion qui l'anime lorsqu'il en parle, son enthousiasme, l'envie de convaincre et de transmettre ses connaissances, d'en découvrir plus sur cette période et son côté exceptionnel, extraordinaire de cette époque élizabethaine.


Un livre que je recommande à tous !
Repost 0
Published by Artemis - dans Lire - lire - lire
commenter cet article
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 21:08

Joyeux Noël à toutes et à tous !



blablabla 0539

blablabla 0506

blablabla 0542

blablabla 0783

blablabla 0557

blablabla 0560

blablabla 0644
Repost 0
Published by Artemis - dans Bla bla bla
commenter cet article
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 18:30
Je viens de regarder le DVD de Ballet Shoes. Ce charmant téléfilm de Noël de la BBC est l'adaptation d'un roman jeunesse de 1936 écrit pas Noel Streatfeild. C'est l'attachante histoire de trois soeurs aux passions très différentes. Un très joli film de Noël !

Fossil-sisters.jpg

Laissez moi vous présenter les personnages
et vous raconter cette histoire (mais je ne vous dirai pas la fin !!!)

Tout commence en hiver ...

vlcsnap-2009-12-20-16h36m07s176
La jeune Sylvia Brown arrive avec Nana (Victoria Wood), sa domestique, chez son oncle Professeur Brown, surnommé "Gum" (Richard Griffiths). En effet, la jeune fille est orpheline, et cet oncle excentrique est la seule famille qu'il lui reste.

vlcsnap-2009-12-20-16h37m03s223
Cet oncle est un explorateur, un passionné de fossiles qui voit d'un mauvais oeil l'arrivée de ces femmes chez lui, sorte de musée ! Car pour libérer de la place pour sa nièce, il faut se séparer de quelques fossiles... Mais il y consent finalement !

vlcsnap-2009-12-20-16h37m54s216
Puis le professeur repart en expédition. Sa nièce a de ses nouvelles par quelques lettres, qui proviennent du bout du monde.

vlcsnap-2009-12-20-16h38m41s186
Le temps passe ... et Sylvia est devenu une jeune femme (Emilia Fox).

vlcsnap-2009-12-17-22h05m34s7
Et enfin, après des années, le professeur revient !!! Avec un cadeau tout à fait particulier ! Car voici ce que découvre Sylvia dans le sac où se trouve le "cadeau"

vlcsnap-2009-12-20-16h39m50s101
Un bébé !!! Une petite orpheline que Gum a ramené de ses voyages. Elle s'appelle Pauline, et n'ayant pas de nom de famille, est baptisée "Fossil".

Le professeur repart et Sylvia prend en charge l'éducation de l'enfant... Quelques années passent, et Gum est à nouveau de retour avec une boîte ...

vlcsnap-2009-12-20-16h40m29s240
Oui ! vous avez bien vu ! C'est un autre bébé que Sylvia sort de la boîte !!! Celle ci s'appelle Petrova.

Quelques années encore d'exploration, et cette fois c'est un troisième bébé qui vient agrandir la fratrie Fossil. Celle-ci s'appelle Posy. La seule chose que sa mère lui a laissé est une paire de pointes (d'où le titre du livre/film "Ballet shoes").

vlcsnap-2009-12-20-16h41m16s180
Et c'est ainsi que Sylvia, aidée par Nana, élève Pauline, Petrova et Posy Fossil.

vlcsnap-2009-12-20-16h42m47s69
Posy (Lucy Boynton, à gauche) aimerait bien aller à l'école, comme ses soeurs, Petrova (Yasmin Paige) et Pauline (Emma Watson, à l'extrême droite de la photo ci-dessus). Mais malheureusement, le professeur n'ayant toujours pas donné signe de vie, malgré tous les efforts de Sylvia, l'argent vient à manquer, pour élever trois filles et tenir une aussi grande maison que celle du professeur. Une seule solution s'impose : louer certaines pièces de la maison.

Voici l'arrivée des locataires.

vlcsnap-2009-12-20-16h44m34s119
Tout d'abord, Mr Simpson (Marc Warren), un homme sympathique et mélancolique.

vlcsnap-2009-12-20-17h20m37s252

Puis les dynamiques Dr Smith (Harriet Walter), la mathématicienne et Dr Jakes (Gemma Jones), la spécialiste de Shakespeare (respectivement à droite et à gauche).

vlcsnap-2009-12-20-16h45m50s98


Enfin, la dernière locataire, la joyeuse professeur de danse Theo Dane (Lucy Cohu), qui fait forte impression sur la famille Fossil !


vlcsnap-2009-12-20-16h48m13s14


vlcsnap-2009-12-20-16h48m56s178


vlcsnap-2009-12-20-16h48m40s15

Si l'argent apporté par ces locataires ne résout pas tous les problèmes financiers de la famille, au moins leur aide est la bienvenue. Et surtout, grâce à ces nouveaux occupants, la vie des trois soeurs va être bouleversée ! En effet, Theo, la prof de danse, leur conseille d'inscrire les enfants dans l'école de danse où elle enseigne, car leur formation pourrait leur permettre de décrocher des rôles au théâtre, ce qui leur permettrait d'être autonomes financièrement. Quant aux Dr Smith et Dr Jakes, elles se proposent de donner des cours aux filles (qui ne peuvent plus aller à l'école, les finances ne le permettant pas). Cette bouffée d'énergie est la bienvenue !

Et c'est ainsi que Pauline, Petrova et Posy se retrouvent sur le chemin de l'académie de danse et de théâtre...

vlcsnap-2009-12-20-16h52m09s65
... dirigée par la sévère russe Madame Fidolia (
Eileen Atkins)

vlcsnap-2009-12-20-17h03m08s8

Les jeunes filles commencent alors leur formation. Avec beaucoup d'enthousiasme pour Pauline et encore plus pour Posy, qui rêve de pouvoir un jour chausser les pointes de sa maman biologique...


vlcsnap-2009-12-20-16h58m35s86

... mais beaucoup moins de motivation pour Petrova, dont le rêve est de devenir aviatrice.

vlcsnap-2009-12-20-16h58m48s227

D'ailleurs, elle préfère largement s'occuper de la voiture du locataire Mr Simpson, avec qui elle peut discuter ingénerie et technique !

vlcsnap-2009-12-20-16h56m33s146
Ce ne sont pas les feux de la rampe qui lui mettent des étoiles dans les yeux... Oh non, ses yeux se mettent à briller lorsqu'elle pense à l'aviation.

vlcsnap-2009-12-20-16h57m09s253


Mais bon ... il faut bien aller au cours de danse !


vlcsnap-2009-12-20-16h59m18s6

Grâce à l'école, Pauline peut aller à sa première audition, pour Alice au Pays des Merveilles...

vlcsnap-2009-12-20-17h08m17s25
C'est notamment là qu'elle découvre sa passion pour le théâtre...

vlcsnap-2009-12-20-17h09m09s11
... et le plaisir de la scène

vlcsnap-2009-12-17-22h39m02s112

Quant à Posy, l'école lui permet de se rapprocher de son rêve, devenir danseuse étoile, et chausser les pointes de sa mère...

vlcsnap-2009-12-20-17h11m47s82


Le temps est rythmé, pour les trois soeurs, par un serment qu'elles ont fait entre elles, de faire rentrer leur nom de famille dans les livres d'histoire.

vlcsnap-2009-12-20-17h13m40s159

Tout au long de ce film, on suit les passions, doutes, déceptions, échecs, envies de ces trois soeurs aux personnalités bien marquées, ainsi que l'attachante Sylvia, qui est une sorte de mère pour elles, Sylvia qui a consacré sa vie à ces trois enfants.

vlcsnap-2009-12-20-17h18m55s12

C'est vraiment un beau film de Noël !

vlcsnap-2009-12-20-17h25m33s133

Alors, les soeurs Fossil atteindront-elles leur rêve ? C'est à vous de le découvrir en regardant "Ballet Shoes" !
Repost 0