Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 18:02
Je suis allée voir le film documentaire "La danse, le ballet de l'Opéra de Paris" de Frederick Wiseman au cinéma. Et j'ai un mal fou à écrire un billet à ce sujet. Car c'est un thème que j'adore. Et j'ai une impression amère d'énorme gâchis...

Attention, billet très très subjectif de ma part. Je vous livre ici mes impressions, ce que j'ai ressenti...




Objectivement, de quoi s'agit-il ?

Pendant 7 semaines, Frédérick Wiseman a filmé la vie de l'Opéra de Paris, du balayeur aux danseurs, des poissons du lac souterrain aux abeilles des toits, de l'administration aux vendeurs de programme.

C'est donc un documentaire qui nous est donné à voir, avec comme choix de laisser parler les images pour elles-mêmes, sans texte, sans sous titre, sans aucune intervention extérieure (donc pas de voix off), ni interview ni regard caméra.

Où l'on passe dans le subjectif du billet...

Sur le principe, je conçois intellectuellement les choix qui sont faits. Ce que je préfère, c'est regarder les
danseurs travailler, sans qu'on nous explique ce qu'ils font.

Par exemple ici, le corps de ballet en pleine répétition


C'est de voir comment fonctionne cette maison, à tous les niveaux.



Mais le problème, c'est qu'on a aucune information. Par exemple, pouf, on tombe sur une répétition. On voit un chorégraphe et des danseurs en plein travail, mais on ne sait pas sur quoi ils travaillent, ni qui ils sont. Alors on essaie de deviner, et on passe à côté de beaucoup de choses. Par exemple, à un moment, j'ai compris qu'un des ballets qui était travaillé était sur le thème de Médée.

Le Songe de Médée, chorégraphie d'A. Prejlocaj

Mais si dès les premières images, le réalisateur s'était débrouillé pour mentionner Médée (par une image, ou le nom mentionné par les danseurs), on peut beaucoup mieux comprendre et apprécier le travail du corps, le travail sur l'expression, sur le jeu, l'incarnation d'un personnage.

Le Songe de Médée

Alors que là, on regarde sans rien comprendre... Certes, il y a des moments où il est agréable de se laisser porter par des images, mais parfois, un minimum d'infos aident à comprendre et à mieux apprécier et admirer...

Par exemple, j'ai adoré le travail du chorégraphe Wayne McGregor, Genus. Enfin, il a fallu que j'attende la fin pour savoir de qui et de quoi il s'agissait... Et je dois avouer que c'était très frustrant pendant le film de me demander s'il s'agissait d'un chorégraphe que j'avais déjà vu, etc


C'est très impressionnant, et superbe... Quels danseurs extraordinaires...



Imaginez quelqu'un qui ne connaît rien à l'Opéra de Paris. Ils voient Brigitte Lefèvre parler. S'ils ne savent pas qui est là (à savoir la directrice du Ballet de l'Opéra de Paris), difficile de comprendre ce que vient faire là cette femme au téléphone. Alors, certes, au bout d'un moment, on comprend, on devine...

Je me suis rendue compte que c'était lorsque je reconnaissais le chorégraphe et le ballet, que j'appréciais pleinement les images, le travail présenté.

Roméo et Juliette, chorégraphie de Sasha Waltz

Là où Nils Tavernier (voir billet précédent "Tout près des étoiles") avait réussi à mélanger poésie, images qui parlent pour elles-mêmes et dimension pédagogique (grâce à son documentaire, j'ai découvert des chorégraphes que je ne connaissais pas), ici une impression de froid se dégage de ce film. J'ai eu une impression de sans queue ni tête, au sens où le fim aurait duré 10 minutes, 1 heure ou 6 heures, il n'y aurait eu aucune différence. On est face à une accumulation d'images qui se succèdent au hasard. Quiconque aurait pu arriver en milieu de séance n'aurait "rien" perdu ... En effet, ce film n'a pas de début, pas de fin. J'ai eu l'impression que le montage avait été fait au hasard le plus complet.

D'ailleurs, et bien tristement, des personnes sont sorties avant la fin du film, très probablement d'ennui. Pourtant c'est dommage, car la danse est toujours aussi belle. J'ai beaucoup d'amertume à penser que le travail du Ballet de l'Opéra de Paris (et je ne parle pas que des danseurs) n'a pas été mieux mis en valeurs, et que ce film ne soit pas plus accessible... Le montage complètement erratique du documentaire m'a vraiment ennuyée d'ailleurs.



Car ce sont les initiés qui pourront profiter à fond du film, ceux qui connaissent les chorégraphes, les ballets.

Mais tout de même, ça fait du bien de voir les danseurs de l'Opéra de Paris

Car oui, le sujet, je l'adore. Et j'avais fondé beaucoup d'espoirs sur ce film, qui aurait pu faire découvrir la danse et la vie du Ballet de l'Opéra de Paris...
Et oui, c'est toujours un plaisir immense de voir travailler ces danseurs, de voir l'envers du décor...

Car le travail est dur, très dur, mais voir les progressions, et le résultat est fascinant

Casse-Noisette

Conclusion : allez plutôt à l'Opéra !!!





Partager cet article

Repost 0

commentaires

Justine 03/01/2011 16:03


Bonjour,
J'ai vu le film est j'ai été plutôt déçue...

Je vois que vous vous y connaissez un peu en danse et je suis moi même apprentie danseuse. Je continue les études en parallèle et je suis en première au CNED, j'ai donc à faire un TPE (travaux
personnels encadrés) qui consiste à faire des recherches et conclure dans un dossier. Je travaille donc sur l'inné et l'acquis au niveau de la danse classique avec pour problématique : "nait on
danseur ou le devient on?"
J'aurai besoin de vos conseils pour savoir si vous connaissez certains documents (n'importe quel type) qui pourraient m'aider.
J'ai vraiment besoin d'aide !

Je vous remercie d'avance :)
Justine


JosephineMarch 03/11/2009 20:46


Merci merci merci! Casse-Noisette est mon ballet préféré depuis que je suis petite!
Je fais tout faire pour y aller alors!
Je file sur le site de l'opéra Garnier!


Artemis 03/11/2009 22:22


J'espère que tu pourras y aller alors !


josephinemarch 03/11/2009 17:47


J'ai vu l'affiche il y a quelques semaines à Paris et j'étais bien tentée d'y aller mais vu ton commentaire, j'irai voir autre chose! ^^
Par contre, je rêve d'aller un jour voir un ballet à l'opéra Garnier! (Casse-Noisette, le lac des cygnes ou encore La belle au bois dormant)


Artemis 03/11/2009 20:39


Si tu veux, je te prêterai "Tout près des étoiles" de Nils Tavernier (dont j'ai parlé sur mon blog et aussi sur le topic de la danse), qui est pour moi bien meilleur (même s'il a vieilli !)

Casse-Noisette est repris cette année à l'Opéra de Paris. ICa serait l'occasion de réaliser ton rêve ! Je voudrais bien aussi prendre des places d'ailleurs... Il faut s'y prendre à l'avance, mais
il y a toute une grille de tarifs... N'hésite pas à aller voir sur le site de l'Opéra de Paris !


Cachou 30/10/2009 23:33


Alors, complètement HS, je t'ai tagué pour le tag "Si c'est possible...". Bon amusement ^_^


Artemis 01/11/2009 10:37


Merci !!! C'est mon premier tag !!! J'ai réfléchi aux réponses, maintenant il me faut des illustrations !!!


Pando 30/10/2009 14:04


Ah oui effectivement, un documentaire comme ça, sans commentaires ni information, ça doit faire bizarre o_O
Comme tu dis, il faut aussi penser au public qui va le voir sans y connaitre grand chose, et je ne sais pas si montrer un sujet comme ça, de manière "brute" est vraiment la meilleure méthode...


Artemis 30/10/2009 20:05


Surtout que ce côté déstabilisant est renforcé par le montage sec et plutôt désagréable, pas du tout poétique, et que le film n'exerce pas non plus de fascination particulière (en dehors de moments
particuliers mais hachés malheureusement).
Franchement, je continuerai à m'en tenir à l'excellent "Tout près des étoiles" de Nils Tavernier, film pour lequel j'ai eu un vrai coup de coeur