Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 22:41
Un film dont je suis sortie le sourire aux lèvres, et avec une sensation d'optimisme et de légèreté... Un Clint Eastwood efficace.

invictus affiche

Année 1994, Afrique du Sud. Nelson Mandela (impressionnant Morgan Freeman) devient le premier président noir d'Afrique du Sud. Après des dizaines d'années d'apartheid, de ségrégation raciale, de violences, la tâche est immense pour réunir ce pays divisé, tendu.

invictus-6.jpg
Alors que Mandela s'installe au palais présidentiel, le personnel blanc se prépare à partir. En effet, pour eux, la situation est simple : après les blancs, les noirs prennent la tête du pays. Mandela lui-même a passé 27 ans en prison (libéré en 1990), et ils n'attendent rien de plus de sa part qu'un comportement similaire (c'est ce que j'ai ressenti dans la réaction des personnages dans le film). Mais Mandela a un autre destin en tête pour son pays : le réunir. En refaire une seule nation. Ainsi son service de sécurité sera à l'image de la nation qu'il désire : son service de sécurité personnel (des noirs) et l'ancien service de la présidence (des blancs) seront collègues. Et ce n'est pas si évident, au début ! Car la méfiance est de clé. Comment accepter ces hommes qui, il y a quelques mois, étaient encore à les arrêter et les jeter en prison ? Et de l'autre côté, comment faire confiance à ces hommes, n'ont-ils pas soif de vengeance ?
Mais la volonté de changement du président est la plus forte.

invictus-5.jpg
Et il sent bien que pour réunir le peuple, il faut un symbole fort. Son choix va se porter sur le sport. En effet, en 1995, l'Afrique du Sud accueille la coupe du monde de rugby. Son ambition : la gagner ! Mais ce n'est pas si simple ! D'un côté, la division entre populations noire et blanche trouve son illustration directe dans le sport : pour faire simple, les noirs font du foot, les blancs du rugby.
Et d'un autre côté, l'équipe nationale se fait surtout connaître par ses échecs successifs ! Alors il faut se mettre au travail ...

invictus 4
Car si les statistiques les donnent perdants, ce n'est pas encore fait ! Avec travail, volonté, esprit d'équipe, Mandela est convaincu que les choses peuvent bouger. Pour l'aider dans sa tâche, la motivation et la volonté du capitaine de l'équipe (Matt Damon) sera un pilier.

invictus-3.jpg

Je me suis prise complètement au jeu de ce film. Je ne connais rien au rugby, je ne regarde jamais les matchs à la télévision, et pourtant, j'ai été prise par la ferveur, l'enthousiasme qui se dégagent de ce film et des scènes de sport.

invictus3
Sans parler du "personnage" de Nelson Mandela, auquel Morgan Freeman donne vie de manière absolument incroyable !

invictus 1

Invictus est un beau film sur la tolérance et l'égalité entre les hommes. C'est un film positif (et qu'est-ce que ça fait du bien en ce moment !!!) qui choisit de montrer que, malgré les difficultés, ces élans de fraternité et de solidarité qu'offre le sport sont possibles. Alors évidemment, on se doute bien que tout n'est pas rose, et certains critiqueront peut être le fait que le réalisateur ne s'attarde pas sur la situation politique et sociale de l'époque. Mais je trouve que ce sont de mauvais arguments. Et en plus de la qualité de la réalisation et des acteurs formidables, j'ai trouvé que la musique portait le film du début à la fin.

invictus-7.jpg

Finalement, une question que vous pouvez légitimement vous poser : Invictus ? pourquoi ?

"Invictus" est le titre d'un poème de William Ernest Henley, écrit en 1875. Le poème préféré de Nelson Mandela. Le voici


Out of the night that covers me,
Black as the pit from pole to pole,

I thank whatever gods may be
For my unconquerable soul.

In the fell clutch of circumstance
I have not winced nor cried aloud.

Under the bludgeonings of chance
My head is bloody, but unbow'd.


Beyond this place of wrath and tears
Looms but the Horror of the shade,

And yet the menace of the years
Finds and shall find me unafraid.


It matters not how strait the gate,
How charged with punishments the scroll,

I am the master of my fate:
I am the captain of my soul.

Partager cet article

Repost 0
Published by Artemis - dans Au ciné...
commenter cet article

commentaires

Chinchilla 28/01/2010 12:13


Je suis d'accord avec toi, un film positif, ça change un peu ^^
Merci de publier le poème, je l'aime beaucoup :)


Artemis 06/02/2010 10:51


J'ai aussi découvert le poème avec le film ! Il est en effet très beau ...
Rien que de repenser à ce film j'ai le sourire aux lèvres ^^