Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 14:04
Faisant les choses dans le désordre, je viens de lire le déconcertant mais passionnant Dinky Rouge Sang de Marie-Aude Murail, premier opus de la série des Nils Hazard dont j'ai parlé récemment (j'avais commencé par le tome 2, L'Assassin est au collège, que j'avais adoré).



Si comme moi vous n'avez pas commencé par le début de la série, laissez moi vous rassurer immédiatement, ce n'est pas grave ! Au contraire, je crois avoir encore plus apprécié Dinky Rouge Sang car,
étant devenu fan du personnage de Nils Hazard, j'ai adoré en découvrir plus sur sa personnalité, et surtout sur son passé.

D'où vient le titre ?
D'une petite voiture rouge de la marque "Dinky Toys", une Alfa Romeo Giulietta. Elle devait ressembler un peu à ça (sur la photo une Alfa Romeo Giulia / source).



C'est une petite voiture que le jeune Nils a trouvé lors d'une expédition secrète dans le grenier de ses grands-parents, et qu'il conserve encore aujourd'hui.

L'histoire commence par une longue lettre de Nils qui nous replonge
dans son enfance. Voici le début :

"Chère Catherine, si vous lisez ces lignes, c'est que je suis mort et que le notaire vous aura remis cette enveloppe brune. Rien ne semble indiquer que je doive disparaître prématurément. A trente-quatre ans, ma santé est excellente et le poste que j'occupe de professeur d'histoire à la Sorbonne ne fait pas partie des métiers à risque. Mais celui qui sait est toujours en danger. Je suis la seule personne à connaître le nom d'un homme qui tua deux fois et dont le double crime ne fut pas puni.

Les souvenirs les plus précieux que nous ayons, Catherine, ceux de nos premières années qui pourraient nous dire qui nous sommes et ce que nous serons, s'effacent de la mémoire comme un enregistrement sur bande magnétique. Ainsi un criminel de trois ans ne se souviendrait de rien à l'âge adulte et pourrait être considéré comme innocent, même par lui. Ce ne fut pas mon cas. La bande magnétique était mal effacée. De ma petite enfance, un rêve m'était resté, un rêve qui, jusqu'à ma treizième année, me dit obstinément : "Coupable, tu l'es." "

Puis on retrouve le Nils adulte, professeur d'art et de civilisation égyptienne (bien qu'il préfère sans hésitation la civilisation étrusque !) et "chasseur d'énigme", comme l'a surnommé Catherine Roque. Car Nils cherche à tout comprendre. Notamment pourquoi le visage d'un de ses élèves est déformé de tics nerveux. Et la résolution de cette énigme va emmener Nils bien plus loin qu'il ne le pensait... Aidé par la soeur de son étudiant, Catherine (elle aussi étudiante), ils vont mener l'enquête et croiser au cours de celle-ci un homme qui a précipitament disparu de chez lui en emmenant le Roi et la Reine de son jeu d'échec, ou encore une jeune femme sur laquelle le Banania a un effet dépressif...

Une enquête déconcertante (par sa première partie) mais passionnante, au cours de laquelle Nils nous rappelle cependant

"Il y a des pourquoi qui sont veufs de parce que."

Partager cet article

Repost 0
Published by Artemis - dans Livres jeunesse
commenter cet article

commentaires

Cachou 17/12/2009 20:08


Je te conseille très fortement la suite de la série, tout particulièrement le tome suivant, "L'assassin est au collège" (mon préféré de la série). L'évolution de la relation entre Catherine et Nils
est géniale. Et la plume de Marie-Aude Murail toujours savoureuse!


Artemis 17/12/2009 20:39


Oui, j'avais lu en premier l'assassin est au collège, et j'avais adoré !!! Je vais me plonger dans la suite, mais dans l'ordre, cette fois !