Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 13:20

Acheté à la gare de St Pancras avant de prendre mon Eurostar, sur les précieux conseils de Rolidiffy, je viens de découvrir le commissaire vénitien Guido Brunetti dans sa première enquête : Death at la Fenice (le livre a aussi été publié en France sous le titre Mort à la Fenice). Ce roman de Donna Leon, publié en 1992, est le premier d'une série dans laquelle je viens de plonger avec plaisir !

C'est un excellent roman policier, dont la qualité repose sur une intrigue bien menée, un environnement fascinant (le Venise hors touristes), un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée du commissaire, et surtout un style qui met bien en valeur l'analyse psychologique des personnages.

 

    donna-leon-1.jpg    mort---la-fenice.jpg


Tout commence à la Fenice, un des opéras de Venise, à la reprise du troisième acte de la Traviata de Verdi. Le public a regagné la salle, le silence se fait, l'orchestre est de retour, prêt pour le maestro. Mais celui se fait attendre... Que se passe-t-il ? Les minutes s'égrennent, et toujours pas de chef d'orchestre. Le malaise s'installe. C'est alors que le directeur apparaît sur scène, demande un docteur, et annonce que la fin de l'opéra sera dirigée par un autre chef d'orchestre. Et pour cause, on apprend peu après que le grand maestro Helmut Wellauer, un des plus grands chefs d'orchestre au monde, vient d'être assassiné dans sa loge pendant l'entr'acte, du poison dans son café. Le commissaire Brunetti est dépêché sur les lieux.

Quelques mots à propos du personnage principal. Guido Brunetti vit à Venise avec sa femme (issue d'une vieille famille noble de Venise), et ses enfants. Voici la première description du personnage, sous la plume de Donna Leon (chapitre 2), alors qu'il vient d'entrer sur la scène de crime :

"Still only a short distance into the room, Brunetti remained still and let his eyes roam, taking note of what he saw, uncertain about what any of it might come to mean, curious. He was a surprisingly neat man: tie carefully knotted, hair shorter than was the fashion; even his ears lay close to his head, as if reluctant to cause attention to themselves. His clothing marked him as Italian. The cadence of his speech announced his was Venitian. His eyes were all policeman."

Ce que j'ai particulièrement apprécié, c'est le style de Donna Leon : on ressent les doutes, les hésitations de Brunetti lorsqu'il doit annoncer le décès à des proches de la victime, ou lorsqu'il doit poser des questions délicates aux témoins. Face à lui, on ressent la réticence à parler, le dégoût, la colère, la réticence à se replonger dans le passé, ou encore l'antipathie ou la fascination que peuvent susciter certaines personnalités.
Voici un exemple, lorsque l'épouse du chef d'orchestre découvre la mort de son époux. Voici ce que pense Brunetti (chapitre 2):

"It seemed, in this moment, that he had spent his entire life doing this to people, telling them that someone they loved was dead or, worse, had been killed. His brother, Sergio, was an X-ray technician and had to wear a small metallic card pinned to his lapel that would turn a strange color if it was exposed to dangerous amounts of radiation. Had he worn a similar device, sensitive to grief or pain or death, it would have changed colour permanently long ago."

Et surtout, le roman ne s'arrête pas aux heures ouvrables de l'enquête ! Brunetti a une vie à côté de son travail, vie dans laquelle il ne peut se détacher de l'enquête, et des questions et doutes qu'elle pose. On rencontre Paola, l'épouse de Brunetti, sa belle-famille, qui vit dans un palazzo, ses enfants. D'ailleurs, j'ai adoré leur soirée Monopoly !!!


En conclusion : en tant que roman policier, un très bon cru !

Partager cet article

Repost 0
Published by Artemis - dans Lire - lire - lire
commenter cet article

commentaires

rolidiffy 01/12/2009 09:53


Il y a 14 enquêtes du commissaire Brunetti. Je te conseille de les lire à la suite pour bien comprendre l'évolution des personnages. Bonne lecture, rolidiffy.


Artemis 02/12/2009 11:49


Merci pour cette découverte Rolidiffy ! Je m'achèterai la suite fin décembre