Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 10:13

Cosmétique de l'ennemi, d'Amélie Nothomb, publié en 2001, est un roman brillamment construit qui réussit à manipuler le lecteur de manière très étonnante. C'est une expérience de lecture que je recommande !

 

cosmetique-de-l-ennemi-copie-1.jpg

 

Le roman s'ouvre sur cette accroche :

Cosmétique, l'homme se lissa les cheveux avec le plat de la main. Il fallait qu'il fut présentable afin de rencontrer sa victime dans les règles de l'art.

Pourquoi cosmétique ? Ca, vous le saurez si vous lisez ce roman !

 

La victime, c'est Jérôme Angust, coincé dans un aéroport à cause d'un retard d'une durée indéterminée de son avion. C'est donc là qu'il se fait aborder par celui qui va devenir son bourreau. Assis et tentant de lire, Jérôme Angust se fait aborder par un inconnu, sans raison... Il essaie de s'en débarrasser, comme quiconque le ferait !

- Je lis.

- Non, monsieur.

- Pardon ?

- Vous ne lisez pas. Peut-être croyez-vous être en train de lire. La lecture, ce n'est pas ça.

- Bon, écoutez, je n'ai aucune envie d'entendre de profondes considérations sur la lecture. Vous m'énervez. Même si je ne lisais pas, je ne voudrais pas vous parler.

- On voit tout de suite quand quelqu'un lit. Celui qui lit - qui lit vraiment - n'est pas là. Vous étiez là, monsieur.

 

Là, j'ai commencé à ressentir de la compassion pour ce pauvre monsieur Angust. Car il semble complètement enlisé et prisonnier du dialogue dans lequel l'inconnu l'attire. Inconnu, il ne le reste pas longtemps, car il se présente et se re-présente, et re-re-présente... oui, il est très lassant cet homme. Il sait maîtriser le langage et par les mots torture sa victime.

- Mon nom est Texel. Textor Texel.

- [...]

- Je suis hollandais.

 

Très vite, le lecteur tout comme Jérôme Angust a envie de trouver un moyen de le faire taire, mais aussi de comprendre pourquoi il s'en prend ainsi à un inconnu dans un aéroport...

- [...] Moi, ce que j'aime dans la vie, ce sont les nuisances autorisées. Elles sont d'autant plus amusantes que les victimes n'ont pas le droit de se défendre.

 

C'est ainsi que tout au long de ce roman, Textor Texel et Jérôme Angust vont s'affronter verbalement, le premier en obligeant le second à écouter le récit de sa vie, l'autre en tentant de s'en sortir.

Mais assez vite se pose la question : coïncidence ou coup monté ?

Et ce Textor Texel qui continue à être infernal et désagréable, monstrueusement immoral aussi, tout en disant des choses assez justes. J'aime particulièrement ce passage :

Je crois en l'ennemi. Les preuves de l'existence de Dieu sont faibles et byzantines, les preuves de son pouvoir sont plus maigres encore. Les preuves de l'existence de l'ennemi intérieur sont énormes et celles de son pouvoir sont écrasantes. Je crois en l'ennemi parce que, tous les jours et toutes les nuits, je le rencontre sur mon chemin. L'ennemi est celui qui, de l'intérieur, détruit ce qui en vaut la peine. Il est celui qui vous montre la décrépitude contenur en chaque réalité. Il est celui qui met en lumière votre bassesse et celle de vos amis. Il est celui qui, en un jour parfait, vous trouvera une excellente raison d'être torturé. Il est celui qui vous dégoûtera de vous-même.

 

Ce dialogue incroyable, cette joute verbale nous tient en haleine tout au long de ce court roman, intriguant ... et à lire d'une traite !!! 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Artemis - dans Lire - lire - lire
commenter cet article

commentaires

Nico 27/01/2012 14:24

J'ai vraiment adoré ce roman, original et passionnant. Et quel sens du dialogue!

Luna 10/06/2011 11:48


J'aime beaucoup Amélie Nothomb et jusqu'à présent je n'avais jamais découvert son livre "Cosmétique de l'ennemi", enfin jusqu'à il y a trois semaines : une sacrée découverte !

Je me suis vraiment demandée ou est-ce qu'elle cherchait à nous emmener... C'était totalement tordu et improbable : comment se fait-il que les gens autour ne remarquent rien ?

La chute est totalement incroyable : jamais je n'aurais pensé à ça, même si deux trois indices nous mettaient sur la bonne voix... J'aime beaucoup cette folie douce qu'on retrouve dans la plupart
de ces textes : avec elle, on peut se permettre de tout imaginer, j'adore ça !

Si ça t'intéresse, je viens de publier mon avis sur ce livre sur mon blog...

Joli article, je reviendrais ;)

Bonne continuation !!


petite etoile sadique 24/10/2010 20:32


Hum il me donne très envie, je vais le noter


Artemis 25/10/2010 08:15



Tu me donneras ton avis !


Bonne semaine, Etoile !



resmiranda 23/10/2010 17:24


Hygiène de l'assassin est mon préféré, mais il y a aussi Mercure, Les catilinaires ou encore Péplum.


Artemis 23/10/2010 18:07



Merci pour ces conseils ! Je n'ai encore lu aucun de ceux là (et là, je vois ma PAL augmenter ^^)


Bon weekend !



hanacapnik 24/09/2010 15:15


en effet excellent mais le terme de longue nouvelle serait plus adapté car c'est construit comme tel et la chute fait tout.
Il est vrai cependant qu'entre une longue nouvelle et un court roman on pourrait se laisser abuser, mais d'un point de vue marketing le roman se vend mieux que les nouvelles, ceci explique sûrement
cela...(lol)

Hana


Artemis 23/10/2010 16:52



Oui !!! Et les nouvelles se vendent aussi souvent par recueil !!!


Bon weekend, Hana :)