Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 13:01
J'ai vu hier Bright Star, le dernier film de Jane Campion, la réalisatrice de La leçon de piano. Ce film traite des amours du poète romantique anglais John Keats et de Fanny Brawne. Rythme très lent, esthétique incroyable, beauté des lumières, histoire d'une passion... Un film dont je ne suis pas ressortie indemne.

bright star affiche 
Et pourtant, j'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans le film. J'avais l'impression que les personnages étaient mal présentés... Je ne reproche pas vraiment le fait de ne pas comprendre qui est qui à l'écran (c'est un choix de mise en scène), mais je m'interroge quand même un peu sur l'intérêt et le choix des premières scènes (on voit Fanny avec sa famille, qui va rendre visite à une dame dont j'ai oublié le nom, qui loue à Mr Brown une partie de sa maison).

L'antipathie entre Mr Brown et Fanny est immédiate (enfin tout au long du film j'ai eu envie d'entrer dans l'écran et de donner une paire de claques à ce Mr Brown !!!). On voit aussi Fanny faire ses propres vêtements (elle adorait la couture et la mode).

BS 8
En même temps, je peux aussi les justifier en sens inverse et voir que le film est au rythme de la vie de Fanny Brawne, et que le début se justifie par la première rencontre avec Keats. A ce moment là, on ne connaît pas Fanny, et c'est au fur et à mesure qu'on la voit qu'on la découvre... Un peu comme Keats qui ne la connaît pas et qui la rencontre pour la première fois... On voit une jeune fille vive, qui aime la couture, les bals...

BS 2
Le début de la relation entre Fanny et Keat m'a paru assez sèchement présentée. Il est vrai qu'on dit que l'amour n'a pas de loi, parce que c'était elle, parce que c'était lui, etc, mais là on ne voit pas vraiment l'amour, tout du moins sur toute la première partie de leur relation ... J'ai eu du mal à comprendre comment ils tombaient amoureux l'un de l'autre... Peut être est-ce à cause de la manière de jouer de Ben Whishaw (Keats). Je trouve que sa manière de jouer est très sobre (trop...), voire uniforme, manquant un peu de fragilité dans l'ensemble (sauf à certains moments, mais en un mot, il ne m'a pas autant convaincue que sa compagne de jeu).


Mais voilà ... il y a un moment où je suis (enfin !) rentrée dans le film... Je ne pourrais pas dire à quel moment, et à partir de là, je me suis identifiée à Fanny (magnifiquement interprétée)... Et mon regard a changé.

BS14

Alors que pendant un long moment au début, j'étais extérieure et les images me paraissent belles, mais le tout un peu ennuyeux, à partir du moment où je suis "entrée" dans le film, les images, le rythme, tout m'a paru beau...

BS 16
Il y a des images magnifiques...

BS 11
BS 10

On respire, on vibre en même temps que Fanny...

BS 7
Tout a pris une dimension différente à mes yeux...

BS 13
J'aime beaucoup aussi le petit frère et surtout la petite soeur de Fanny, et la relation qu'ils entretiennent...

BS9
On a vraiment l'impression de vivre au même rythme qu'eux !

On voit la relation entre Keats et Fanny fleurir, s'épanouir...

BS 15
On ressent ses peines, ses doutes, et surtout le côté absolu de sa passion face à laquelle elle se sent complètement soumise.

BS 4
On ressent sa douleur lorsqu'elle est séparée de Keats, parce que celui-ci doit aller à Londres pour raisons professionnelles par exemple...

BS 6


La révélation du film, c'est l'actrice qui joue Fanny Brawne, Abbie Cornish . Je ne connaissais pas cette actrice, mais je l'ai trouvé incroyable, d'une justesse époustouflante.

BS3

Sur les scènes de fin, elle était déchirante et sublime.

BS 12


Je suis sortie du cinéma une boule dans la gorge...


Au final, j'ai du mal à vous donner mon opinion. Car le film a des faiblesses, j'ai eu du mal à entrer dedans, mais après tout c'est un point de vue totalement subjectif ... Il y a de belles images, les scènes de fin sont subliment interprétées, mais j'ai quand même eu une impression de longueur du film (alors si vous ne "rentrez" pas de dedans, ça doit paraître vraiment long)...

Et d'un autre côté, à partir du moment où je suis rentrée dans le film, tout m'a paru d'une magie et d'une beauté rares. Et finalement, je reste avec une impression de film d'une rare poésie porté par une jeune actrice à la sensibilité magnifique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Artemis - dans Au ciné...
commenter cet article

commentaires

petite étoile sadique 22/02/2010 11:44


Rien qu'aux images on se doute que c'est un film de qualité. les prises de vues sont superbes.


Artemis 23/02/2010 20:27


Oh oui, c'est extrêmement soigné et original au niveau de la photographie, de la manière dont Jane Campion cadre, des lumières, des couleurs... Elle laisse le temps à la poésie des images
d'exister...


Chinchilla 15/01/2010 18:57


C'est vrai que le rythme et le traitement des personnages ne eu pas plaire à tout le monde mais ce fil recèle des petites merveilles. Je pense qu'il mérite un second visionnage pour se faire une
opinion.


Artemis 16/01/2010 09:07


Tout à fait, j'ai discuté avec d'autres qui ont vu le film... Tous ceux (je devrais dire toutes celles ^^ ) qui ont vu le film et n'ont pas réussi à rentrer dedans ont dit qu'il était beau, mais
très lent et donc assez ennuyeux. Et celles qui sont vraiment rentrées dedans (je ne suis pas la seule d'ailleurs à avoir eu du mal à entrer dedans !!!) l'ont trouvé (plus ou moins) magique !


politics dissertation 15/01/2010 08:55


Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!


Artemis 16/01/2010 09:07


^^


trillian 13/01/2010 19:10


J'ai beaucoup aimé aussi mais peut être pas autant que toi! je ne suis pas totalement entré dans le film mais je pense qu'il doit être vu au moins deux fois, alors j'y retournerais surement dans
quelques jours.


Artemis 14/01/2010 10:38


Disons que je me suis ennuyée dans la première partie du film, que je trouvais beau mais je n'arrivais pas du tout à me sentir concernée. Mais je crois que la puissance de la fin m'est restée
finalement... Je ne pourrais pas te dire à quel moment je suis entrée dans le film, mais c'est vrai que je l'ai vraiment apprécié à partir de là ...

biz


Marie 13/01/2010 17:07


C'est probablement le plus beau film que je n'ai jamais vu :D
Le début m'a un peu déstabilisé mais j'ai trouvé la suite si "vraie" que j'ai été emportée dans l'Angleterre de 1818 sur les ailes d'un papillon...
Bright Star m'a tellement émue que je suis incapable d'écrire un avis sur mon blog, seuls les poèmes de John Keats et les images de Jane Campion suffisent.....

Bises !

P.S.: C'est Testifly de The Inn :)


Artemis 14/01/2010 10:36


C'est en effet un film rare, tant au niveau du rythme, que de la poésie, de sa beauté, que de l'interprétation (j'ai du mal à me remettre de l'interprétation d'Abbie Cornish...)
Je ne connaissais pas les poèmes de Keats (que de nom), j'ai maintenant envie de les découvrir...

Bises