Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 08:29

 

Grâce à ma chère Lady Clare sans qui je serai totalement passé à côté, j’ai eu la grande chance de voir le 10 décembre 2010 le dernier film de Daren Aronovsky en avant-première (il sort en février) en présence de celui-ci. J’ai nommé Black Swan. Ce film, porté par Natalie Portman qui mérite largement un Oscar pour ce rôle, m’a laissé dans un état de choc. Certes, les films parlent différemment à chacun. Moi, il m’a marqué, perturbé, angoissé, impressionné.

 

affiche 5

 

Ce film se déroule dans l’univers du ballet professionnel.

 

BS, barre, ballet

 

Pour sa nouvelle saison, le directeur artistique du ballet, l’ambigu Thomas Leroy (impeccable Vincent Cassel) décide de monter une version renouvelée du ballet le plus connu du répertoire, le Lac des Cygnes, et pour cela faire appel à une nouvelle distribution, mettant ainsi à la retraite sa danseuse étoile, Beth (Winona Ryder), que ce retour de la lumière à l’ombre et la privation de la scène va détruire…

 

BS Wiona Ryder

C’est donc dans cette ambiance que la belle et innocente Nina (Natalie Portman, qui nous prouve qu’elle est une des meilleures actrices de sa génération) fait tout pour obtenir ce rôle du Lac auquel rêvent toutes les danseuses. Nina a toutes les qualités pour interpréter Odette, le cygne blanc : elle a une très belle technique, et dégage la fragilité, la pureté et l’innocence exigées par le rôle.

 

BS, white swan

Mais n’oublions pas que c’est un double rôle qui est demandé aux danseuses. Et Odile, le cygne noir, la jumelle maléfique, rusée et séductrice, échappe à l’interprétation de Nina.

 

BS, Odile 2

 

Dans le même temps, une nouvelle talentueuse danseuse rejoint la compagnie, la sensuelle Lily (spontanée Mila Kunis).

 

BS, Lily répet

 

Elle est le contraire de Nina  son point fort est l’interprétation, la liberté qu’elle incarne en dansant, contrairement à Nina qui se bloque dans la recherche de la perfection technique… Finalement, Nina obtient le rôle, à l’immense joie de sa mère (inquiétante et oppressante Barbara Hershey) avec qui elle continue à vivre et qui s’est imposée dans un rôle de coach. Mais un coach omniprésent, étouffant.

 

BS, nina et sa mère

On sent qu’elle projette sur sa fille ses frustrations, ses déceptions et les rêves qu’elle n’a pas pu réaliser. Comme elle lui répète, elle a abandonné sa carrière de danseuse à cause de sa grossesse… Et elle vit complètement par sa fille, cette dernière ne vivant que par et pour la danse. Rien d’autre n’existe pour elle.

 

BS, couloir

Lorsqu’elle se met à travailler le rôle de Swan Queen (Odette/Odile), Thomas Leroy a pour défi de la faire se dépasser, sortir de sa coquille.

 

BS, répét

Il faut qu’elle arrête de se consacrer à la recherche de la perfection pour apprendre à se lâcher, arrêter d’être trop propre dans sa manière dont elle danse, à exprimer la noirceur du personnage d’Odile, sa sensualité. Pour Nina, Lily représente ce qu’elle n’a pas : la danseuse la fascine, elle jalouse la sensualité de Lily, sa liberté, sa spontanéité, désire son amitié, mais la craint plus que tout en tant que rivale directe pour le rôle. Le dossier de presse cite Darren Aronofsky : "Mila joue Lily comme une personne qui a tout ce dont rêve Nina. Elle est plus libre, plus vivante que Nina, elle assume sa sexualité. Lily est libre de s’exprimer, et cela ne fait qu’attiser l’attraction et la répulsion que Nina ressent envers elle."

 

BS lily et nina

 

Entre la chute de son idole, Beth, dont elle prend le rôle et la recherche de noirceur que lui impose Thomas, Nina se plonge dans une quête d’identité et de liberté qui va l’emmener bien plus loin qu’elle ne l’avait prévu…

 

BS--transformation.jpg

Et voici comment Natalie Portman voit Nina (extraits du dossier de presse): "Quand Nina commence à se rebeller contre tout ce qui régit sa vie, elle sombre peu à peu dans une dangereuse paranoïa qui la fait douter de ce que les autres attendent d’elle et de sa propre santé mentale." "Quand j’ai lu le scénario, j’ai beaucoup aimé l’authenticité des détails sur le monde de la danse, et surtout le parallèle entre l’histoire de Nina et celle du « Lac des cygnes ». Je la vois vraiment comme une femme qui essaye de se libérer d’un sortilège, de l’emprise des autres sur sa vie, et qui s’efforce de découvrir qui elle est vraiment en tant qu’être humain et qu’artiste."

 

Tout le film est d'ailleurs une quête d'identité, un basculement entre rêve et réalité, oppression et liberté, jeu de doubles - faisant écho par plusieurs aspects à l'histoire même du Lac des Cygnes -, jeu de miroirs (dans tous les sens du terme, d'ailleurs  ) .

 

BS, nina miroir

 

Le film suit le personnage de Nina, et incarne son point de vue. La caméra à l'épaule renforce ce sentiment de déséquilibre, de manque de stabilité. Il filme vraiment à fleur de peau. On est oppressé par les angoisses de Nina que l'on ressent car on les voit.


La musique, signée Clint Mansell, est aussi à noter. Elle joue admirablement entre la partition de Tchaikovsky (que j'adore ) et une déstructuration de celle-ci exprimant les peurs de Nina, ses doutes, son subconscient...

 

Comme dans The Wrestler, film précédent du réalisateur (que je n'ai pas vu), le travail du corps occupe une place importante (tout autant par l'entraînement intensif des acteurs pour leur rôle que par la manière dont Darren Aronovsky nous le montre). D'ailleurs, il est important de préciser que ce n'est pas un film sur la danse, mais un film dont la danse occupe une place centrale (c'est ainsi que je le perçois). Ce film risque de gêner certains puristes, car dans un certain nombre de scènes, Natalie Portman dansant est souvent coupée à la taille (je crois que c'est Sarah Lane de l'American Ballet Theatre qui double le travail des pieds). En même temps, le but n'est pas de faire un documentaire sur la danse ou sur le Lac. Ce qui est montré, c'est ce que Nina ressent, par exemple les expressions qui passent sur son visage quand elle danse et non un ballet (pour cela, d'excellents documentaires existent d'ailleurs !).


white-swans-corps-de-ballet.jpg

A noter que c'est Benjamin Millepied, danseur étoile du New York City Ballet, qui est le chorégraphe du film, et qui interprète le danseur du Prince dans le film.

 

 

 Avant de terminer, je vous renvoie également vers le dossier de presse que j'ai trouvé sur internet, et qui est très intéressant (cliquez ici !). Et voici les autres affiches du film qui expriment bien, lorsqu'on les voit ensemble, toutes les facettes de ce film.

 

affiche 1 affiche 2 affiche 3

affiche 4 affiche 6 affiche 7

 

 

Ce film est un thriller psychologique déstabilisant, mais original et réussi !

Partager cet article

Repost 0
Published by Artemis - dans Au ciné...
commenter cet article

commentaires

Pando 14/04/2011 10:41


En fait toujours pas xD je crois que ce sera un film que je verrai en DVD comme beaucoup cette année :(
J'ai beaucoup de mal à aller au cinéma ces derniers temps (mais j'ai quand même toujours envie de le voir hihi)


Artemis 17/04/2011 09:43



Oh dommage ! C'est vrai que d'être dans une salle obscure pour ce film vaut le coup (ça renforce l'atmosphère angoissante du film !)


De mon côté c'est l'inverse, j'ai beaucoup de mal à lire depuis Noël, mais je me venge sur le ciné



Pando 15/01/2011 23:01


J'ai beau aimer le réalisateur, ce film ne me tentait pas vraiment... et j'avoue que je viens de changer d'avis avec ton billet, maintenant j'ai très envie de le voir !


Artemis 13/04/2011 23:49



Merci beaucoup Pando (et pardon pour les 4 mois de retard pour répondre !). As-tu vu le film finalement ?



Maribel 05/01/2011 22:50


Ton billet donne envie!


Artemis 13/04/2011 23:41



Je suis ravie d'avoir réussi à transmettre mon enthousiasme pour ce film ! Merci beaucoup Maribel !



Marie 05/01/2011 17:30


Merci pour cet article captivant !!!
Tu as eu énormément de chance d'avoir pu le voir en avant-première avec le réal et tu peux pas savoir comme je t'envie ^^
Vivement le mois de février moi je dis...


Artemis 13/04/2011 23:41



Merci Marie (oui, je sais, j'ai 4 mois de retard ). Finalement, ce film m'a tellement marqué (et secoué) que je n'ai
pas osé retourner le voir...



Annwvyn 05/01/2011 15:08


Ton article est passionnant Artemis !
Néanmoins, je ne sais pas si j'irai voir ce film (en tout cas pas toute seule !) La bande annonce à elle-seule m'a vraiment impressionnée, et j'ai peur de me sentir bien trop étouffée par ce film.
J'ai d'ailleurs lu dans un article que le réalisateur avait cherché à monter les deux actrices de Nina et Lily l'une contre l'autre, afin que leur antagonisme soit réel... C'est très intéressant de
lire la façon dont l'équipe a travaillé.
Ceci dit, pour Nathalie Portman, je ferai peut être un effort ! (et comme toi, j'adore le ballet du Lac des Cygnes et la musique !)


Artemis 13/04/2011 23:40



Avec un immense retard, merci beaucoup Annwvyn